"Les Échecs ont trois composantes : le temps, l'espace et le matériel en dernier." Mikhail Tal

Le 10/10/2022 à 16:41

Auteur : Hugo

Coupe Loubatière : une belle journée et des promesses alléchantes qui effacent les regrets.

L'équipe de Levallois Potemkine participait pour la première fois depuis une période antérieure à l'horizon mémoriel des membres du club à la coupe Loubatière, une compétition par équipes réservées aux joueurs classés en dessous de 1700 elo, qui commençait par une phase départementale organisée ce dimanche à Bois-Colombes et arbitrée par Bruno.

Nos 4 gladiateurs du jour étaient Akyes, Hervé, et 2 novices, Paul et Herbert, dont la résolution et la motivation faisaient plaisir à voir.
J'étais remplaçant, comme le règlement l'y autorise.
La première ronde fut remportée sans coup férir sur le score sans appel de 4-0, face à une équipe il est vrai  modeste.

Notre adversaire de la 2e ronde fut le club de Sceaux, qui sur le papier nous était légèrement supérieur ; Paul et Hervé furent les buteurs de la rencontre pour Potemkine.

J'arrivais en touriste un peu avant la 3e ronde, en pensant que mon rôle se limiterait à organiser un tifo dans les tribunes, mais lorsque je descendis de mon vélo, l'équipe m'informa que mon statut avait été promu au rang de joueur au 2e  échiquier, avec pour objectif de gagner, puisqu'une victoire contre nos voisins de Courbevoie nous assurait la qualification pour la phase régionale....

Malheureusement, la marche se révéla un peu haute, Hervé accepta la nulle dans une position qui semblait prometteuse, Akyes tomba dans un piège d'ouverture dont il ne réussit pas à se dépêtrer, Paul joua à mon sens un peu vite une partie qui aurait pu se conclure par une victoire pour  nos couleurs, à la rigueur une nulle, mais la défaite qui fut le résultat officiel de la partie est cruelle.

 Menés 2-0, mon résultat devenait sans incidence sur l'issue de la rencontre, j'avais un avantage conséquent, avec une qualité et 2 pions, la suite ne devait être qu'une question de technique, comme disent les maîtres.
Problème, je suis assez loin du niveau de Maître et j'ai renoncé à compter le nombre de parties j'ai obtenu des positions écrasantes/gagnantes/très avantageuse (rayer les mentions inutiles) que je ne suis pas parvenu à gagner.

 Il restait par ailleurs un caillou de taille qui grippaitt la mécanique de la victoire, la pendule. La cadence était en effet de 50 minutes pour l'ensemble de la partie, avec un incrément de 10 secondes par coup; un rythme entièrement nouveau pour moi. Je pris un peu de temps pour réfléchir, me rendis compte qu'il ne me restait que peu de temps, mais je pensais que l'incrément serait suffisant pour me permettre de conclure victorieusement la partie. Que ne fut pas ma surprise de découvrir quelques instants plus tard que mon temps s'était écoulé en totalité… nous appelâmes Bruno, qui examina la pendule et nous fit constater que l'incrément avait bien été programmé. Dépité et un peu décontenancé, je m'apprêtais néanmoins signer ma feuille de partie quand plusieurs spectateurs (dont Paul) qui avaient assisté aux derniers coups affirmèrent que l'incrément ne fonctionnait pas, sans aucun doute possible selon eux. Bruno manipula alors la pendule et confirma les dires des observateurs. Il proposa une recherche du temps perdu suivie d'une reprise du jeu, mais cet incident m'avait fait sortir de la partie et j'acceptai alors la nulle proposée par mon adversaire.
Morale de cette chronique, toujours vérifier que l'incrément fonctionne...

Beaucoup plus important, l'équipe de Potemkine compte dans ses effectifs de nouvelles forces vives prometteuses, l'avenir s'annonce radieux ;-)
 

 


Commentaires

Ajouter un commentaire