"On peut tirer plus d'utilité d'une partie perdue que de 100 parties gagnées." Capablanca

Le 13/06/2011 à 18:49

Auteur : Aurélien

Cinq guerriers et une coupe pour Potemkine !

Les 5 guerriers de Potemkine(désolé Jean-luc pour le dessin, mais je n'ai pas de photo de toi)

Tout a commencé par un mail de Christophe, qui nous signalait l’existence d’une nouvelle coupe, la coupe des -2200 de la ligue Ile de France, et son envie d’y participer. Renseignements pris sur cette obscure compétition, il faut trouver 4 joueurs pour jouer sur un week-end. Christophe est nommé capitaine, et nous rassure tout de suite : « on va les trouver les joueurs, y’aura moi, Touati, Georges, et on en trouvera bien un 4ème. »

 

La semaine de la compétition arrive, pas mal de joueurs ont prévu autre chose pour ce week-end de trois jours, tandis que les jeunes sont en Alsace pour le Top-Jeunes. Le capitaine commence à douter : « Touati peut pas jouer finalement, faut que je trouve deux joueurs, tu ne veux pas jouer ? » Pas très motivé au départ, j’accepte finalement d’être le 3ème homme. Jean-Luc à peine revenu d’une semaine à la campagne est enrôlé in extremis pour le dimanche, et Marc complètera l’équipe le lundi.

 

C’est donc en compagnie de Christophe, Georges, et Jean-Luc que je débarque dans un gymnase de la porte de Clichy. La première chose qui nous frappe, c’est qu’il y’a bien une centaine d’échiquiers d’installés, mais pas plus de dix personnes dans la salle y compris nous. Nous ne sommes pourtant pas très en avance, puisque c’est Georges qui nous a conduits ici. L’explication ne tarde pas à tomber, l’arbitre nous informe qu’il n’y a que 4 équipes d’inscrites pour la coupe des -2200. Les autres tables sont prévues pour des finales de critériums qui ne nous concernent pas. Le choc de savoir que nous n’allions joué que 3 parties au lieu de 5 vite encaissé, nous envisageons déjà de finir sur le podium. Jusqu’à qu’un évènement bien plus troublant vienne doucher tous nos espoirs. Alors qu’il erre dans le gymnase vide, Georges s’exclame : « M***e ! J’ai oublié mes lunettes ! ». Notre confiance tombée déjà bien bas après cette terrible nouvelle, notre capitaine, Christophe, enfonce le clou quand il nous informe du niveau des autres équipes : « y’a du 2100, du 2000, on est l’équipe la plus faible sur le papier. »

 

Ronde 1, Rueil Malmaison.

 

Quand il faut y’aller, faut y’aller. Nous prenons place face à nos premiers adversaires, Rueil, dans l’ordre suivant : Christophe, Aurélien, Georges, Jean-Luc. Christophe, l’homme en forme du club ces derniers temps prend au sérieux ses responsabilités de leader en choisissant de jouer table 1 avec les noirs. Le match débute et on essaye d’y croire. Après tout, ce n’est pas parce qu’il y’a environ 400 points d’écart au 1er, 300 au 2ème, 200 au 3ème, et 100 au 4ème ,en faveur de nos adversaires et qu’en plus un de nos joueurs joue à l’aveugle, que des guerriers de notre trempe vont se décourager. Et nous avons bien fait de nous battre à fond, car le résultat en valait la peine. Je suis le premier à terminer avec une nulle en 20 coups. Mon adversaire mécontent de sa position, propose une répétition de coups que j’accepte déjà satisfait du résultat. Christophe perd peu de temps après face à plus fort que lui. Il se sera sacrifié à la table 1 pour le bien de l’équipe. La première bonne surprise vient de Georges qui sort vainqueur de son duel malgré l’absence des fameuses lunettes. Le début d’un grand week-end pour lui. Les regards se tournent alors vers Jean-Luc. Cela fait un moment qu’il a perdu un pion et nous sommes inquiets. Il faut qu’il fasse nul pour qu’on ne perde pas le match. Heureusement il s’agit d’une finale de tours et comme disait Tartakower : « les finales de tours sont toujours nulles ». Dans la pratique c’est cependant loin d’être évident d’annuler avec un pion de moins, et nous observons avec anxiété le dernier pion du joueur de Rueil s’approcher de la case de promotion. Mais Jean-Luc fait démonstration de sa virtuosité en finale et finit par sauver l’équipe en obtenant la nulle. Résultat : 1-1, c’est déjà un petit exploit pour nous, c’est donc tout heureux que nous dirigeons vers la buvette, à l’exception de Georges parti chercher ses lunettes dans une folle course contre la montre.

R1

Ronde 2, Livry Gargan

 

C’est reparti pour un tour. Là encore il y'a des "gros élos" en face. Alors que la ronde est sur le point de débuter, pas de Georges à l’horizon. L’expédition lunettes est plus longue que prévue. Christophe l’appelle et Georges lui apprend qu’il arrive et qu’il veut jouer de nouveau à la 3ème table, car il le sent bien face à l’adversaire présumé. Christophe hésite, après sa défaite de la première ronde il aimerait bien jouer plus bas, mais Georges à l’air sûr de son coup. Il finit par accepter sa requête en se mettant table 2, tandis que je joue à la une et Jean-Luc à la 4. C’est avec soulagement qu’on voit finalement Georges arriver avec seulement quelques minutes de retard. Je suis de nouveau le premier à terminer. Mon adversaire a joué très vite et nous avons échangé beaucoup de pièces dès l’ouverture. En 10 coups et 5 min à la pendule nous étions déjà en finale. Quelques manœuvres plus tard, la nulle est signée. Jean-Luc prend assez facilement l’avantage et gagne sa partie. Christophe gaffe et perd de nouveau. Journée difficile en tant que joueur, mais de bonnes décisions prises en tant que capitaine. En effet, mettre Georges à la 3 a payé puisqu’il gagne de nouveau, se permettant même de sacrifier une qualité pour « simplifier le gain », dixit Georges. Victoire de l’équipe 2-1, nous sommes euphoriques, on a bien fait de la jouer cette coupe finalement. Nous avons rendez-vous le lendemain pour une finale face à Montreuil qui a gagné ses deux matchs du jour.

R2

Ronde 3, Montreuil

 

C’est le grand jour. Marc a remplacé Jean-Luc dans la voiture, et nous filons vers ce match décisif. Je suis plutôt confiant pour l’équipe. Encore une fois nous sommes nettement plus faibles sur le papier, mais Montreuil n’a pas l’air beaucoup plus redoutables que les équipes de la veille. Nous avons en outre le renfort de Marc, qui va pouvoir tenir le 1er échiquier, et Georges est dans une forme tellement éblouissante que sa victoire ne fait pas de doute. Quant à Christophe, une fois descendu au 4ème il va bien marquer un point. Le match ne débute pas très bien pour nous. Je joue mal le début et me retrouve avec un pion de moins sans compensation évidente. Marc est aussi en difficulté. Heureusement ça semble bien se passer pour Georges et Christophe. Les pendules tournent et je m’accroche à un espoir de nulle en trouvant un bon contre jeu sur cases blanches, inspiré sans doute par la présence de Marc, le maître du jeu de couleurs. La situation semble s’améliorer aussi pour lui, et on commence à croire sérieusement en la coupe. Georges, décidément exceptionnel, marque le premier point et met l’équipe sur les bons rails. J’ai rétabli l’équilibre matériel, mais le temps commence à manquer. Avec pourtant 10 min de plus que mon adversaire, à qui il reste à peine 2 minutes, je joue très mal la finale et finit par perdre. Marc, entre-temps, s’est finalement imposé et nous menons 2-1. Reste la partie de Christophe. Les deux joueurs sont en zeitnot et les pièces volent sur l’échiquier. A ce petit jeu là, Christophe est fort et sont adversaire tombe au temps. Victoire 3-1 et nous remportons la coupe !!

R3

Les performances respectives :

 

Marc 1/1 (moyenne elo adversaire : 2039) perf : +7.05
Aurélien 1/3 (2118) perf : +7.05
Christophe 1/3 (2042) perf : +6.6
Georges 3/3 (1967) perf : +31.35
Jean-Luc 1.5/2 (1757) perf : 1770

 


Commentaires

Ajouter un commentaire


jean luc charpentier le 15/06/2011 à 11:48

Aurélien ne se contente pas d'être un excellent joueur , il est aussi un portraitiste de talent .

Ofo le 15/06/2011 à 11:15

Je trouve la photo de JL très ressemblante ! ;)

Ofo le 14/06/2011 à 12:23

Très belle victoire... nouvelle ligne au palmarès du club. Et superbe coupe ! (il va falloir investir dans une nouvelle vitrine ;))