"Donnez-moi un Cavalier en 6e et je gagnerais toutes mes parties." Steinitz

Le 28/01/2013 à 13:04

Auteur : Admin

Nationale 3 Rueil-Potemkine 5-2

Un match bien difficilenous attendait en Nationale 3 dimanche. Nous avons joué à l'extérieur face àune des équipes favorites de notre groupe pour la montée en N2. Sur 7échiquiers le elo nous donnait perdant, avec des écarts de 200 à 300 points surcertains. Nous perdons logiquement le match, mais non sans avoir fait douternos adversaires.

Dès les premiers coups le ton est donné. Au premier échiquier,face au début du Fou de son adversaire Benoit "gambite" le pion b(1.e4e5 2.Fc4b5!?). Bruno comme toujours mets toute de suite la pression autemps sur son adversaire. Georges fait face à un gambit qu'il accepte,déterminé à réfuter un début qu'il juge incorrect. Florent comme souvent prendson temps dans l'ouverture et préfère éviter les grandes lignes théoriques dela Sicilienne ouverte. Deux heures passent et la situation ne semble pas mauvaisepour nous. Guy, qui a surpris son adversaire sans le vouloir en ne jouant pasla Benoni de façon théorique, se retrouve comme d'habitude avec une bonneposition en milieu de jeu. La position Tiphaine semble bonne même si on sentpeu à peu son adversaire reprendre l'initiative. Dans ma partie et celle deBoualem, les pièces se sont vite échangées. Boualem, qui s'est sorti sansproblème de l'ouverture joue une finale avec un Cavalier et des pions de chaquecôté et semble plutôt confiant. De mon côté après avoir loupé une suiteavantageuse face à un sacrifice de qualité incorrect de mon adversaire, jeperds un pion bêtement et m'apprête à jouer une finale de Tour avec un pion demoins. C’est alors que les choses ont commencé à se gâter pour nous. Brunoet Tiphaine ont perdu sans que puisse voir exactement comment et Benoît a prisla nulle, préférant ne pas prendre trop de risque dans une position qu’iljugeait peu claire. Florent en manque de temps n’a pas fait les meilleurs choixdans une position très complexe tactiquement et perd aussi. HeureusementGeorges était dans un grand jour, et a parfaitement maitrisé sa partie.Réussissant à emprisonner la paire de fou de son adversaire, et consolidant sonavantage d’un pion acquis dans l’ouverture, Georges gagne sans problème lafinale grâce à sa technique impeccable. Il est suivi peu après par Boualem, quien connaît un rayon aussi dans les finales, et qui s’y connaît pour transformerun petit avantage en gain. Il y avait encore un mince espoir d’éviter ladéfaite, mais malheureusement Guy et moi avons en revanche quelques lacunes enfin de partie. Au lieu d’activer ses pièces, Guy éloigne son Roi pour protégerun pion. Son adversaire en profite pour sacrifier une pièce pour obtenir unpion passé que Guy ne pourra arrêter, faute de pièces bien placées. De mon côtéje manque un moment l’occasion d’annuler ma finale de Tour avec un pion demoins, et mon adversaire ne me laissera pas de seconde chance. 


Commentaires

Ajouter un commentaire


JeanO le 29/01/2013 à 15:34

super ces commentaires !

Hugo le 28/01/2013 à 20:49

Vous vous êtes bien battus, bravo, ça s'est joué à pas grand chose ! Pouvez-vous publier les parties ?